Fiche n°630 Photo de Charlayana
Charlayana

micRomania, Bruxelles, 2017





Qué plache a t-i lôci pou l’indvincion ? èl crèyacion ? l’imajinacion ? Ç sért a qué dè s’ mète a fondèr lès mitolojies ? Pèrdèz l’èscrîbe : toudis prèt’ a mète ès’ grin d’ sé al plache dè fé ç’ qu’on atind d’ li : « transcrîre ». I m’ plét co bié d’ vîr l’âme picarde qui n’ sè sint pus in ravisant la mêr, l’ocèyan, jusqu’ a d’s-improbâbès-Atlantîdes... l’Islande, pèyisâjes fabuleûs èrmis lôci vins saquantès pâjes. Èj vos sér’ ène ratatouye picarde avè dès much’nûres èyèt dès pourcachûres latègn, grèques, ètrusques, jèrmaniques, baltes, scandinâves... sins contèr lès cieus d’ l’inconciènt. Pouqué l’« solèye » es´t-ène coumére, come vins lès mitolojies baltes èyèt jermaniques ? Acoutèz l’ canchon du Doudou : on-intind bié « solèy-e », ène fème adon – èyèt nié seûl’mint pou rimèr avè « orèye » èyèt « candèye », nié seûl’mint pou swîve èl musique du Temps des cerises ?!

[...]Madame Sainte-Waudru, J' té brûl'rai ’ne candèye, R’gard' du Paradis Qu’a Mon, i fait gris ... Ralume èl Solè-è-ye ! ... Va-t-in d’léz l' Bon Dieu, Li dîre a s’n-orèye, [...]

Quant à la langue picarde et ses variantes, je m’en suis expliquée dans les ouvrages précédents chez le même éditeur : Et in Picardia ego (2007), Panamusa (2009), Lès Chènes (2013).


Photo 123 de Charlayana

Rose-Marie François © 2018