Langues, parlâches èt d’visâjes

Rose-Marie François d'vîse francès, flamind èyèt al'mind. Mès nié seûl'mint. Djambote, èle a sté al’vée in francès vins én vilâje (Douvrégn, hamô d’ Baudoû, ôjordwî Sint Guilégn) ayu ç' què lès jins d’visin’tè picârd. Mès li, èle nè pouvot niè « parler patois ». Lîsèz « Èl Punicion » vins Et in Picardia ego, 2007 èyèt vos comprèrdrèz qu’ non seûl’mint èle a agné vins l’ fwit dèfindu mès « [ès] gout pou lès langues dwot datèr dè ç’ tamps la » – al fégn dès priméres, a Sint-Guilégn : èl flamin ; ô licée d’ Mons, èl latyégn èyèt l’ nèèrlandés, après : l’inglés, co après : èl grèc èyèt l’almin. Niè co binése, èle s’a co mis a l’itayén èt al èspagnol, toute seûle avè d’s-assimil. A l’univèrsité dè Liéje, èle a fé gèrmaniques (a ç’ tamps la cha voulot dîre coûrs èyèt egzaméns in quate langues). È ’ne d’avot niè co assèz, in.n-assistant dès-ètudiants ongrwas in egzil a aprinde èl francès, èle d’a profité pour aprinde ène miyète yeu langue, qu’èle èdvisot avè yeus’. Diplomée, èle a ossitot stè assistinte (« èd prumiére catègorîe »… s’i n’a niè pou brére !), èle a co fé ’ne licince (pardon ! ène mètrîse !) in langues èscandinâves. Avè cha èle èst dalée fé coûrs dè francès in Suwéde (univèrsitè èd Lund-Malmö). Come èle a toudis s’ rinquincagn’ su sès ragn’, cha s’rot trop scrandichant dè l’ swîve èt’tavô ayuce qu’èle a ouvré. Quand-on l’èrtroûve a Liéje (après La Roche-in-Ardène èyèt l’univèrsitè d’Mons, ecd), èle insègne èl nèèrlandés a l’atènée d’ Liéje-Angleûr… Mès a s’ méson, èle dèvîse almin avè s’nome (qui vièt dèl Ruhr) èyèt avè yeus-infants. Twas langues inchane pou tous lès joûs, èyèt ô nuite, én bon coûrs dè russe pou varièr ’ne miyète l’alfabèt. Vos pinsèz qu’ c’èst tout’ ? Vos nè l’ counichèz nié ! Èle dalot su ses swassante ans quand èle a couminché a aprinde (toute seûle avè l’seûl bon lîve qu’èle a trouvè) ène langue balte : èl lèton. Mès cha, c’èst-ène-n-ôte afére. Vèyèz pa d'sous.

Capiôs èt blans bounèts

Sitot 1971, èle s’actîve vins l’ "groupe dès fèmes dè Liéje ", ayuce qu’on bûsîe su l’ condicion dès fème èt on milite pou obtèni l’vinte lîbe dès mouyèrs d’ contracèpcion èyèt l’ dèpènalisâcion condicionè!e dè l’avortèmint. C’èst l’ tamps d’ l’afére Peers, du courâje dè Pyiére De Locht… Èle prindra pârt a des rincontes fèminisses in Bèrgique, France èyèt Olande. Èle s’ra r’çue pa Simone de Beauvoir a Paris, avè Jeanne Vercheval èt Marie Denis pou apprètèr l’ grande rinconte istorique ô Passage 44 a Brussèle l’onze dè novimbe 1972. Èle èm’tra s’ grin d’ sé ô rassimblèmint d’idées pou l’ « Pètit lîve roûje dès fèmes » : èle critiqu’ra çou qu’èle counwat bié : lès roles dè sècses vins lès lîves d’ècole, èspèciâl’mint ceus’ pour aprinde lès langues. Rose-Marie François èst membe dèl FERULg (Femmes Etudes Recherches Université de Liège)

Èl Lètonîe

« Vos-avèz dès ratayons lètons ? » « Cha fé qu’ vos tradwisèz lès powétes lètons… Avéz apris yeû langue ? » «Sans r'proche, vos dalèz biè souvint in Lètonie, d’ayuce què vos vièt ç’ dada la ? »

Èl rèponse èst vins mès lîves : Répéter sa mort, Passé la Haine et d’autres fleuves, De source lointaine, Prince de Courlande, De sel et de feu…

Èdpwis 1984, a l’aveûgue, èt dpwis 1987 pus prècisémint, mais toudis sans sawo pouquè, i m’a v’nu dès tecses su « én pèyis qu’on n’ troûve pus su l’ carte mès qui va r’vèni », én pèyis loumé Courlande què jè n’ counicho nié. «Courlande. Quelle bouche – sous la langue fondent les phrases désuètes – quelle mémoire a couché ce mot dans la mienne comme le nom plus juste de la nostalgie ?» Possièpe què ç’ tot én pèyis lèjindére come l’Arcacie ou bié l’Altlantîde ? Èl joû què m’n-ome m’a moutré ç’ têre la ô bôrd dèl Baltique, j’avo d’ja scrit saquantès-aféres su li. «D’habitude, les écrivains visitent des lieux puis en écrivent. Toi, tu commences par les décrire et puis tu pars à leur recherche.» (Christine Pagnoulle)

Al fégn dè 1989, èl manuscrit Répéter sa mort èrçwat l’ pris Plisnier. Èl mûr dè Bèrlégn vièt d’ quèyi èt lès prumières rèpubliques a s’ sorti dèl bloc soviètique, c’èst lès Pays Baltes. Èl Courlande èrvièt su l’ carte ! Èl lîve Répéter sa mort parétra d’abourd su «Mot à Mot», l’èdition virtuwèle dè l’Université dè Liéje, après ô Cormier (Brussèle) al fégn dè 1997. Al Biènale dè Powésie dè Liéje, in 1998, èj fé counichance avè l’ « Prénce dè Courlande ». Èl neû èst dèlouyé. J’aprind l’ lèton. In 1999, mè v’la invitée ôs journées dèl Powésie a Riga èt Répéter sa mort èrçwat l’e prix Louis Guillaume du powin.me in prôse (Paris). Jè m’ lince vins l’ composîcion d’ène antolojîe d’ powésie lètone dèl XXe sièque, jè m’ fé assistèr pou chwasis lès powétes èt pou tradwîre lès powin.mes mès j’ vès tout fé mi-min.me. A réson d’ saquantès-eûres dè lèton par jôu, ça pèt dalèr. El roman Passé la Haine et d’autres fleuves wîgue ôs-èdicions Le Fram (Liéje) in 2001. L’antolojie bilingue dè powésie lètone (lèton-francès, ch’èst l’ prumiére èyèt l’ seûle ‘squ’a prèsint) parèt a L'Arbre à Paroles (Maison de la Poésie d’Amay) in 2002 : cliquèz su Publications, Livres de Poesie et Romans, récits, nouvelles, petites proses pou l'èdicion bilingue dè mès propes lîves in Lètonie, èt su Traductions pour l’s-auteurs lètons qu’ j'é tradwit in francès.


Rose-Marie François © 2017